Bref alors que le problème des autres ne durera que 2 ou 3 jours, le mien durera plus d'une semaine avec crampes et... je passe les détails. Je prends des médocs qui m'aident à supporter mais qui vraisemblablement ne me soignent pas. C'est pourquoi je prendrai les antibio (bouhhh) que je me trimbale depuis 3 mois - pas pour rien donc - antibio que je dois prendre en cas de gastro aiguë aiguë. Je pense que c'est le moment. Ça va mieux maintenant ! Héhéhé Pour soigner son problème diarrhéique, Julian, un franco-allemand, à Blissful Gh, essaie la médecine chinoise. Un docteur chinois lui concocte une tisane qu'il doit boire pendant 3 jours. Julien a 32 ans et voyage pour quelques temps. Dans le sud de la Thaïlande, il a lui aussi passé le Tefel. Ancien libraire à Orianenberg, il a ensuite vécu quelques mois à Corfou avant d'essayer la vie à Amsterdam. A Corfou il travaillait dans une boulangerie, à Amsterdam dans un call center. Quand il rentrera en Allemagne, il se donne 1 an pour faire un album. Il ne prétend pas devenir célèbre ni vouloir vivre de sa musique. Il veut juste mener quelque chose au bout, pour lui.  Julian est pote avec Russ. En fait Russ je le connais car j'avais diné avec lui quelques soirs auparavant chez Captain Chins'. Je m'étais invitée à sa table, - ça se fait facilement en voyage - et avais mangé mon premier et meilleur Fish Amok. Russ est canadien (centre Canada -"Texas" du Canada), charpentier et super marrant. Il me conseille de faire la côte Ouest des US vers le Canada en voiture car c'est magnifique. Je décline une troisième bière (demain c mon premier jour a l'école, debout 6h30, ET j'ai peur des chiens la nuit donc je veux pas rentrer trop tard) et Russ en grand gentleman m'offre le resto ! Je reviens a Blussful Gh et peux narguer Brian et ma room mate Jet.  Le dernier soir - Jeudi 5 Mai - je retrouve Julian et Russ au bar du Blissful Gh. Brian arrive un peu plus tard. Les garçons aiment beaucoup mes dessins :)) je goute quelques shots de vodka : jasmin et gingembre. Dick le patron nous offre des coups à Brian et moi. On nous sert a tous le shot de la mort : vodka-poivre de Kampot. C'est l'incendie dans la bouche !

Le lendemain je pars vers 8h. Minivan jusqu'à la frontière. Moto taxi pour traverser le pont entre les deux pays. Type hyper relou a la frontière qui veut me vendre un billet de bus direct jusqu'à Bangkok. Le prix me parait vraiment élevé. Je lui dis non, je vais y aller par mes propres moyens. Je valide ma sortie du pays. Un autre gars veut me vendre un package similaire mais un peu plus cher. Là, avec l'absence d'autres touristes occidentaux, et la fatigue, je change d'avis et dis au premier type que je veux une place dans le bus. Il passe des coups de fil et est désolé de m'apprendre qu'en fait il n'y a plus de place ! Je vois les backpackeurs débarquer de leur bus de Sihanoukville (le Goa Cambodgien). Parmi eux 3 personnes seront dans le même cas que moi : un couple allemand complètement loufoque et une américaine qui part pour la Chine le même jour que moi. Comme je suis vraiment pas en forme (le ventre, la crève et pê la vodka) je les suis dans leurs démarches pour trouver le tuktuk-camionnette qui nous emmènera d'abord à Trat, puis à Bangkok. C'est un trajet avec trois changements, seulement des locaux, une pluie digne d'une mousson et des fuites dans le pickup malgré le haut vent. Mes compagnons de route allemands sont super enthousiastes. Enfin, dans le bus de luxe qui conclut le trajet, je fais les calculs et vois que j'ai économisé une dizaine d'euros (c'est beaucoup pour ici !).  Le trajet Kampot-Bangkok m'a pris toute la journée. J'arrive à Bangkok vers 22h30. Avec l'américaine je prends un taxi et vais au même hôtel qu'elle. Ma chambre ressemble à une cellule de prison. Sur les murs il y a plein d'inscriptions. Je me souviens de celle ci : "si l'enfer existe, ça doit ressembler à Bangkok" !