Comme la veille je me réveille toute engourdie dans l'arrière de la voiture. Les gars de la tente ont très mal dormi - leur matelas s'est dégonflé et ils ont dormi le corps incrusté dans les cailloux. Les moustiques sont au rendez-vous. Toujours pas de douche. Fritz me sert un petit toast avec un œuf au plat et du lard. Comme c'est mignon !

Après une pause à la station essence où on retrouve le plaisir de la "civilisation" avec des machines à café et à Hot dog, on embarque pour le séquoia park. Le paysage change. On se croirait dans le sud de l'Espagne avec un paysage à perte de vue vallonné aride parsemé de petits arbres. pause courses où Frits et Fred craquent et achètent chacun un caleçon aux couleurs US. Born in the USA !

Après 1 h de route on arrive au parc. Une petite randonnée dans la forêt des géants, nous permet d'admirer des arbres vieux de 2000 ans, large de 30 mètres carré et hauts de 80 mètres. 

sequoia-park__41__usa.JPG sequoia-park__41__usa.JPG sequoia-park__56__usa.JPG

On part vers 17h30, histoire de trouver un lieu pour camper quand il fait encore jour. On est en train de descendre la route vallonnée derrière super USA Peace & Love biker man, quand Job, qui conduit, s'aperçoit que les freins ne marchent plus ! Moment de panique pour arrêter le van sur le côté de la route. Le pauvre Job a les mains qui tremblent. On sort tous du camion. Ironie du sort, on est bloqué devant une vue splendide et on peut voir en bas la route sinueuse, interminable. 

sequoia-park__56__usa.JPG sequoia-park__56__usa.JPG sequoia-park__56__usa.JPG

Il y a vraiment un problème de freins. Les ingénieurs en mécanique ne peuvent rien faire. Fritz décide d'appeler l'assurance mais perdus en plein parc national, on n'a - of course - pas de signal ! Ils ont pas le téléphone les ours ??? Bref on est parti pour une très mais alors une très longue attente. Fritz part avec une voiture en haut de la montagne chercher à joindre l'assur ou le "ranger". Il aura un problème de batterie en plus de l'assur qui ne décroche pas le tel. Il repassera nous voir avec la meme voiture pour prendre le chargeur et descendre  la mont, quitter le parc pour trouver un endroit où recharger le tel puis appeler le service de dépannage. Bref pdt tout ce temps nous autres on attend, on lit jusqu'à ce qui n'y ait plus de lumière, on mange toutes les conneries qu'on a acheté le jour même, on se plaint, on se rêve ailleurs mais on sait que ça pourrait être 1000 fois pire et que surtout on a de la chance de pas avoir eu d'accident. La nuit devient noire noire. Le ciel est rempli d'étoiles. On attend. 

Après quelques heures, prises de tête de la part de ce pauvre Fritz, on nous dit de descendre au ralenti extrême en première. Les voitures automatiques ont une première pour les routes de montagne. On sort enfin du parc et trouvons un endroit où dormir. La voiture n'a en fait aucun problème. Les freins ont juste surchauffés. Plus de peur que de mal !