oaxaca__76__mx.JPG oaxaca__76__mx.JPG

Je suis telle Indiana Jones... ou Speedy Gonzales... Arriba ! Arriba !!!

oaxaca__76__mx.JPG oaxaca__76__mx.JPG oaxaca__76__mx.JPG

Craquage de Nicolas qui nous chante Galileo au centre de cette "arène".

oaxaca__82__mx.JPG

Quand nous revenons à Oaxaca City, nous allons au musée du textile. Hector, restaurateur au musée et ami de Marianne, nous fait une visite guidée. On apprend que beaucoup de techniques indigènes ont disparu car dans certains villages on a brulé les vêtements des personnes afin qu'ils assimilent plus rapidement la culture espagnole. Des huipils de toutes sortes sont disposés sur des cintres transparents. Le huipil est la blouse typique indigène du Mexique.

blouse-oaxaca.JPG chez-carolina__1__mx.JPG

This is a way of wearing a blouse for a special occasion.

Ensuite nous sommes allés manger "Thai", allez savoir pourquoi. C'était bien bon.

Le soir, sur le toit de l'hostal, je bois des coups avec des étudiants de Sciences-Po Bordeaux, des suisses anar, des israéliens en année post-armée, un californien urbaniste, un mexicain fêtard et une mexicaine chaude comme la braise. Nous sommes emportés par la foule par la foule qui nous traîne, nous entraîne Écrasés l’un contre l’autre, nous ne formons qu’un seul corps.... Une parade défile dans la rue, les femmes sont habillées en habits traditionnels, les hommes jouent de la trompette et du tambour, devant le défilé sont portés trois géants dont l'un symbolise le saint qui est fêté, à l'arrière de la parade un couple avec un enfant sont transportés sans un char, peut-être est-ce le petit Jésus, Guadaloupe et Joseph ? Guadaloupe est la sainte vierge, ici, au Mexique. Nous suivons la parade et dansons avec eux. Tout le monde est saoul, les français trouvent la situation surréaliste, une d'entre eux vient du 18è a Paris, rue Danremont, elle est d'origine kabile et très belle avec ses longs cheveux bouclés noirs. J'hallucine devant Daniella, la mexicaine, qui emballe les garçons les uns après les autres en dansant serré serré contre eux. Plus tard dans la nuit, quand ils rentreront tous bourrés, elle fera un strip-tease dans la salle commune de l'hostal. Je n'ai pas eu l'honneur d'y assister, j'étais déjà couchée. La petite suisse, Fabienne, me dira quelques jours plus tard, qu'elle était degoutée devant la scène. Pour elle, Daniella détruit tout ce que les féministes ont réussi à obtenir.

Le lendemain, j'ai revu les géants :

oaxaca__94__mx.JPG