J'arrive vers 8h du mat et pars prendre le métro. J'ai comme oublié un détail. Le métro de Mexico City serait ho-rri-ble aux heures de pointe. Et bien ça me donnera l'occasion d'en témoigner ! Je suis obligée de repenser à Mumbai. Les gens deviennent fous et se comportent comme des sauvages. En plus les hommes sont séparés des femmes, comme à Mumbai. Je crains qu'on me demande de dégager moi et mon gros sac. Impossible de rentrer dans le train. J'en laisse passer 3. Au 4e je suis prête. Comme les autres je suis debout au bord du quai. Les portes s'ouvrent et je pousse ! Les gens qui veulent sortir sont obligés de se battre avec nous. Une dame a son sac coincé et c'est limite s'il va pas lui être arraché. Je suis compressée de tous les côtés et je dis à une femme qui est derrière moi entre les portes que "No es possible! No es possible!!" Elle le dit, si si c'est possible et les portes se referment. Je n'ai jamais été aussi compressée de ma vida et c à peine si je touche par terre !

Après quelques stations ça se vide un tout petit peu, je me retrouve contre la barre, mes sacs avec moi. Les hommes sont permis de se mélanger avec nous maintenant et... paf! une main au cul... Oh dieu ! Pourquoi n'ai je pas pris un taxi ??

J'arrive chez Isa - en un morceau - avant qu'elle parte au boulot. On est contente de de revoir mais elle va être très occupée. Entre vidéo de danse et activisme écologique dans la rue, c un wk chargé pour Isa !