Quand on arrive en bas on est quasi mortes de chaud, les pieds cassés et exténuées. Rien que de penser à la remontée.... bref on préfère pas y penser. On fera du stop... Pas évident sur une route ou on a vu un glandu passer en voiture en 2h !

Le rio est grandement apprécié. On peut se baigner dans un petit lagon dans lequel coule une cascade, quel pied ! En voyant des poissons sauter dans la cascade, Anna flippe que c'est peut-être des piranhas... Non... C'est plus au nord dans l'Amazonie, quand même ! Le ciel se couvre et au loin le tonnerre gronde. Un petit vieux rencontré en chemin nous avait prédit un orage dans la soirée, mais on dirait que c'est pour maintenant... Au bout d'une heure de baignade, on voit qq éclairs et les premières gouttes d'eau tombent. Tu m'étonnes qu'il faisait si chaud tout à l'heure ! Et quelle réussite dans le programme.. Maintenant on va se taper 3 heures de remontée sous la pluie !

coroico__55__bol.JPG

En fait il pleuvra qu'un peu au début. Sur le chemin paysages de montagnes vertes magnifiques. Comme prévu on croisera 1 taxi mais on est quasiment tout en haut donc on le prend pas. Au premier village on achète de l'eau, des biscuits et du chocolat, on est claquées !

coroico__55__bol.JPG coroico__55__bol.JPG

A Coroico on va boire une bière sur la place du village. Quel bonheur, c'est fini et on a réussi ! J'ai les jambes grises de poussière, je ressemble à une va-nus-pieds. Une douche et on va manger un bon steak grillé avec un peu de rouge. Les petits plaisirs :) Dans le resto, une affiche de Dora l'Exploratrice, la fille du patron lui ressemble. A la télé, la télé novela star péruvienne. Tout le monde rigole bien.

coroico__74__bol.JPG coroico__74__bol.JPG

Avec Aline on ira ensuite au Garden Pub de Carla. Carla est une hollandaise tombée amoureuse de la Bolivie qui a ouvert son pub même pas un an auparavant après avoir bossé au Sol y Luna à Lapaz. On parle avec elle des problèmes d’écologie du pays tout en sirotant un pastis,,, et moi je sens qu'il est temps d'aller au lit.  Le chemin du retour est tout en hauteur. On dirait qu'on fait du surplace tellement que nos muscles refusent d'avancer. Aline dit qu'on devrait nous filmer :))