Rivière

Le courant est super fort. Il faut pagayer le plus vite possible pour atteindre l'autre cote. A cause d'une seconde de contemplation, je perds de la vitesse et me vois entrainée par le courant ! J'ai un vrai moment de panique ou tu perds toute dignité : tout ce que je peux crier est "tengo miedo Jimmy ! Tengo miedo ! Tengo miedo ! (= j'ai peur)". Et puis finalement j'arrive de l'autre côté. Mais ça m'a secoué quand même. On est sur une petite ile, on la traverse jusqu'à l'autre rive. Cailloux, sable, herbes hautes et quelques arbres, on tombe sur une biche qui n' a pas l'air gêné par notre présence. 

Bouée, deuxième round. J'ai bien compris que quand faut pagayer, faut y aller quoi ! Mais là c'est plus cool car on doit se laisser porter par le courant pendant un bon kilomètre et qu'est ce que c'est bon ! 

jared-madidi__12__bol.JPG

Accostage



On marche dans une jungle hermosa jusqu'au mirador pour admirer les aras. Ils sont nombreux à vivre dans des petites grottes dans le flanc de montagne. Je suis pieds nus, avec un paréo autour de la taille et trempée, marcher ainsi dans la jungle est trop agréable. Je me prends pour Jane. En haut, la vue est époustouflante, grandiose. Des kilomètres et des kilomètres de jungle, montagnes au loin et rivières qui serpentent dans tout ce vert. Et le clou du spectacle: ces grands perroquets aux couleurs flamboyantes : bleu, turquoise, rouge et vert. Ils paradent devant nous et passent par deux, par trois, ou en groupe. On a le temps de bien les admirer. C'est Rissa qui a pris des photos. 

Princesse Mononoke

Avec la couleur violette obtenue des feuilles de --- Jimmy me fait une peinture sur le visage de princesse indigène. Je ressemble à Princesse Mononoké. Il nous raconte comment quand il était petit et vivait dans la jungle avec ses parents, ils avaient adopté le bébé jaguar d'une maman qu'ils avaient abattu en chassant. Adolescente, la bête n'était gentille qu'avec les gens de la maison. Un jour la mère de Jimmy oublia de fermer à clef la maison des poules, et quand ils revinrent ils découvrirent un bain de sang et quelques plumes. Le jaguar, lui, était tranquillement sur le toit de la maison en train de faire la sieste. Comme il n'était pas attaché, il avait la liberté de venir et partir de la maison. Un beau jour il n'est plus revenu. Il a repris sa place de king of ze jungle.

madidi-jungle__120__bol.JPG

Campement et retour

L'amazone se casse la gueule dans la boue juste avant d'arriver au campement. J'ai une de ces touches ! Dernier déjeuner préparé par Christian (des petits beignets fourrés au légumes et une salade de thon ). On retrouve nos amis du premier jour qui ont l'air d'avoir eu moins de chance avec leur guide que nous. Les gens s'affairent à finir des colliers, des bagues... Une nenette a fait le trip survivre dans la jungle de 6 jours. Manger seulement des fruits et du poisson. Elle a fait plein de bijoux et d'autres objets intéressant, comme une tasse dans du bambou et se sert d'un long bambou comme gourde. On attend le bateau qui va nous ramener a la civilisation. Les guides, eux, attendent sans savoir s'ils vont devoir rester ou s'ils vont pouvoir rentrer. Pauvres Christian et Jimmy repartent donc pour 4 jours. Si Christian était rentrer il m'aurait emmener chez sa famille dans la communauté indigène où ils vivent. Crotte alors ! Mais bon, surtout pour lui, il a l'air d'avoir besoin de souffler un peu. 

On rentre à plein carburant car Riss et Jared ont un avion à attraper. Le retour est des plus agréables. La brise, le soleil, les paysages... Que du bonheur !

A l'agence on nous remet nos TEE-shirts Mogli. Cool. 

madidi-jungle__120__bol.JPG